Navigation Menu
Sofia, Bulgarie : premières enjambées.

Sofia, Bulgarie : premières enjambées.

  • Author: ttt
  • Date Posted: Août 12, 2014
  • Category:
  • Address: Shipka Street 14, Sofia, Bulgarie

◄ Vilnius, le départ Sofia, un timide tourime ▶

 

 

Aucune emphase, aucune hyperbole, ne peuvent enjoliver le récit de mon arrivée dans ce nouveau pays.

D’abord – hormis Nice dont l’aéroport termine sa belle promenade des anglais –  il est rare que les aéroports s’environnent des plus beaux quartiers et se parent de paysages photogéniques. Ils ont pour habitude de s’installer en banlieue et rase campagne . Sofia ne déroge pas à ce bon sens d’urbaniste.

Ensuite parce que je me suis noyé dans un flot d’images préconçues, et autres apriori, nourris par quelques photos glanées sur quelques sites, et j’imaginais que mes premiers pas bulgares se feraient proche d’un business center effervescent, orné de virils immeubles aux démesures turgescentes. C’est ainsi qu’on me l’avait vendu. Mais bien aidé par un alphabet cyrillique ubuesque, les tentatives de séduction ratent. Pas mêmes les hôtesses d’accueil n’y parviennent.

sofia_hotel

Suite Hotel Crystal Palace.

Et puis j’entre dans ce phallus jaune de métal qu’est ce taxi, pour pénétrer la belle Sofia. Je lui donne 10 euros pour la passe, tant j’avais l’impression d’abuser de lui lorsqu’il m’en réclamait 4,10. Je descends au Crystal Palace Hôtel où sa suite royale s’impatientait de ma venue. Cette belle bâtisse, avec ses voisines toutes aussi charmantes, auréolent un parc où s’endorment quelques bulgares.

Les formalités et politesses d’usage faites, j’entre dans ma chambre avec le plaisir de jouir d’une belle vue sur les toits de Sofia et un de ses très nombreux parcs où des Bulgares sont amoureux, ou des enfants sont heureux.

 

DSCF0069

Cathédrale orthodoxe Alexandre-Nevski de Sofia

Les rayons dorés sur la ballustre m’informent du dernier soupir du soleil;  la bombe d’or de la Cathédrale Alexandre-Nevski sera ma dernière photo de la journée. Sofia est picturale ! Une gouache parisienne mélangée à une onctueuse peinture orthodoxe.

 

L’air est chaud; j’imagine déjà des afterwork sous les latitudes bulgares. J’imagine déjà m’y installer. Le coup fatal porté par la nuit au jour plonge la ville bulgare dans une nouvelle ambiance : celle des capitales européennes que j’affectionne particulièrement.

Des rues bondées, des artistes nomades, des restaurants qui débordent et répandent leurs clients sur leurs trottoirs. Sofia est une vraie capitale ! J’hésitais encore à quitter Vilnius. J’hésitais encore avec Bratislava; il fallait que je visite Budapest. Je pense que Sofia, sous ses faux linéaments parisiens, à une heure de vol et moins de 100 euros de la fantastique ville aux deux rives qu’est Istanbul, de Athènes et des îles grecques, et à 40 minutes de Varna, l’Ibiza bulgare, gagne.

 

Je m’imagine déjà trader quelques sessions matinales aux terrasses des cafés, en témoin de l’éveil d’une ville.

Добре дошли в София !

 

◄ Vilnius, le départ Sofia, un timide tourime ▶

 

 

Et pour finir en beauté :