Navigation Menu
Vilnius, puisqu’il faut un départ

Vilnius, puisqu’il faut un départ

  • Author: ttt
  • Date Posted: Août 11, 2014
  • Category:
  • Address: gedinimo pr, Vilnius

Sofia, premières enjambées ▶

 

 

Je vais voyager !

 

À dire vrai, je me demandais comment démarrer ce blog ?

Alors j’ai essayé de rationaliser.

 

Ma première réflexion a été : puisqu’il s’agit d’un blog, il s’agit qu’il soit lu et apprécié.

S’est d’ailleurs posée une question existentielle sur une dérive égotique à laquelle j’ai longtemps résistée : partager un quotidien rendu marginal par des normes de vie casanière et sédentaire, galvaudées par la boucle « métro-boulot-dodo. Le mot marginal – qui connote souvent négativement les jugements qu’il qualifie – est mal choisi puisque je compte partager avec vous la vie plutôt idyllique d’un trader pas comme les autres. Sans prétention aucune.

D’où ce questionnement sur l’ego. Ai-je besoin de le partager ? Est-ce Internet et les réseaux sociaux qui me poussent à cet exhibitionnisme qui frôlera des fois, je préfère prévenir, l’ostentatoire ? Non, en leurs temps, Colomb racontait lui aussi ses voyages et le #selfie portait le noble nom d’autoportrait. Je suis juste humain, comme vous, j’aime raconter ce que je vis. Sénèque (il m’est arrivé par accident de lire et retenir quelques pensées), à Lucilius, écrivait que le savoir n’a d’intérêt que si il est partagé. Par analogie, je vais partager mon quotidien. Voilà qui me satisfait, je me suis persuadé que je n’écrivais pas pour mon égo.

 

Après ces quelques pérégrinations que d’aucun ne qualifierait de masturbation mentale, j’en reviens à ce que je veux que ce blog soit lu, et apprécié. J’écrirai pour moi, et ne me prostituerai pas pour draguer des lecteurs. Beaucoup d’auteurs et d’artistes écrivent et composent pour leur public; trop peu pour eux désormais. La démagogie n’a pas ses quartiers ici.

 

Ce qui clôt mon débat interne sur le comment faire en sorte qu’il soit lu et apprécié… et bien je resterai moi même, en espérant que cela suffise, entendu que l’ombre de cet espoir est nuit sur Vilnius en cette douce fin d’après midi. Je suis dans l’un de ces très nombreux « coffee inn » ici, où les bibliothèques se confondent avec des salons de thé. Mon ordinateur sur mes genoux, je suis sur d’antiques sofas, qui se font lits à mesure que ma posture assise s’horizontalise. Une schizophrénie bien aidée par l’assoupissant effet de serre causé par ses grandes baies vitrées tournées vers l’avenue principale, Gedinimo prospect, et les confortables coussins de velour côtelé, qui m’accueillent avec quelques ambitions vénales.

 

Ma seconde réflexion a été : bien, et que dois-je faire pour mon premier article ?

J’avais deux propositions. Mais aux prémices de mes prémisses, je me suis perdu dans un dédale cérébral fait de synapses sans issues.

J’aurais voulu transmettre une énergie positive pour mon premier billet; il devait être plein d’entrain, d’humour, vous faire comprendre la joie pour moi que va être cette entreprise faite de voyages, de création d’entreprise et de trading, de sport et de style de vie sain et équilibré, et de rencontres. Surtout de rencontres ! Ne dit on pas que nous sommes la somme de toutes les personnes et personnalités que nous avons rencontrées ? Ainsi j’espère devenir encore un homme meilleur, en rencontrant des humains meilleurs. Et puis finalement je me suis rendu compte que je n’avais plus besoin de me torsader les méninges. Car la dernière combinaison de lettres de cette phrase est déjà mon 537ème mot.

 

DSCF0022Nous y voilà, je m’appelle Pascal, mais vous pouvez m’appeler John, et je vais voyager. Départ pour Sofia, Bulgarie demain aux premières heures baltiques.

 

 

 

 

 

Sofia, premières enjambées ▶

 

 

Et pour finir en beauté :